AFIAC/Café/Exposition LOVNI INVASION Jean-Luc Favero

Du 14 janvier au 17 mars 2011 – Vernissage le 14 janvier à 18h30

Exposition AFIAC Le Lieu Commun de Jean-Luc Favero à l'occasion de son livre Lovni Invasion

L’AFIAC et Lieu-Commun présentent l’exposition LOVNIINVASION de Jean-Luc Favéro autour de la sortie du livre éponyme chez les Requins Marteaux.

Un multiple est publié à l’occasion et mis en vente le soir du vernissage au Lieu-Commun.

Deux expositions, 1 livre, deux RDV.

1 – Café de Fiac (81) :
Exposition Jean-Luc Favero du 14 Janvier au 17 Mars
Du Mercredi au Samedi de 8h à 12h et de 18h à 20h. Le Dimanche de 8h à 12h
Vernissage le Vendredi 14 janvier à 18h30
2 – Lieu-Commun (Toulouse) :
Exposition Jean-Luc Favero du 11 Février au 5 Mars
Parution du livre ‘Lovni Invasion’ en vente sur place.
Vernissage le 10 Février à 19h

Présentation de l’éditeur
La série des Dessins rouges présentée dans cet ouvrage, poursuit les aventures d’Ad. et Ev. et la Ménagerie. Celles-ci traversent le monde occidental des pseudo réalités, monde fragile ne tenant qu’à un fil (électrique) où les 2 héros errent dans un univers banal de maisons préfabriquées, posées sur une nature moquette aux normes européennes. Ce n’est plus l’outil qui s’adapte à l’Homme, mais l’Homme qui s’adapte à l’outil, ce qui génère une ménagerie de créatures mi-hommes mi-machines.
Différentes aventures de la vie agissent sur Ad. et Ev. et eux-mêmes influent sur leur environnement. Ils ont un lien intime avec la nature et par là-même sur leur propre nature. Ad. et Ev. vont alors connaître un univers d’amour où tous les sentiments d’énergie, d’agressivité sont vécus sous l’emprise de l’amour. Ils sont dans un monde où la guerre n’est pas une gloire, où l’amour seul génère une conduite, une vraie morale, jamais suspecte.
La série de vaisseaux qui en est issue et que l’on voit apparaître dans les dessins, sont des vaisseaux à envoyage en l’air, des véhicules qui fonctionnent à l’énergie amoureuse, les Lovnis. Le rouge des dessins évidemment évoque le sang et Mars, mais il ne s’agit pas du sang de la guerre, mais celui de la vie, de l’amour.