Mis en avant

L’AFIAC en 2022

L’association ainsi que le site web afiac.org vont connaître une refonte en 2022. Les contenus consultables ici ne sont plus actualisés depuis quelques mois. Dans l’attente, si vous souhaitez recevoir l’actualité de l’association merci de vous inscrire à la newsletter.

Mis en avant

AFIAC/Résidence | Cassandre Cecchella

L’artiste Cassandre Cecchella est reçue en résidence à l’école du Figuier à Fiac, du 4 au 23 janvier 2021.

La date et les modalités du vernissage seront communiquées prochainement.

Cassandre Cecchella est Artiste peintre. Elle vit et travaille à Salies-du-Salat.
Elle est lauréate du Prix du Centre d’Art Chasse-Spleen 2019.

Découvrez Cassandre Cecchella

Note d’intention (extraits)

Pour ma résidence je souhaite travailler sur deux problématiques qui me sont apparues suite à la crise Covid-19.

La première concerne ce rapport au masque. J’ai, jusqu’à aujourd’hui, voulu en faire abstraction dans mon rapport à l’image. Je ne voulais pas que ce soit cela que l’on garde de cette période, je ne voulais pas qu’il devienne symbole. Hors à chaque fois que je m’interroge à son sujet, c’est quand je le mets en lien avec les enfants. Comment eux le voient, le ressentent, le vivent. Cette crise semble fonder une nouvelle manière de voir les choses pour ces jeunes générations. (…)

La deuxième est liée à la problématique du voir, de montrer, d’exposer de l’art. Avec la situation actuelle, les centres d’art mais plus largement le milieu de la culture se voit dans l’obligation ou plutôt l’interdiction d’ouvrir au public et donc de montrer. Hors être artiste selon moi, c’est créer pour montrer, pour partager, pour rencontrer. C’est une ouverture du réel vers de l’imaginaire pour nous refaire découvrir ce qui nous entoure. (…)

Cassandre Cecchella
Mis en avant

AFIAC Expo | Revenir au monde

Une exposition des traces de la résidence d’artistes « Revenir au monde« 

Après sa résidence au café de Fiac, Émilie Franceschin s’expose à l’espace AFIAC-Poste

Exposition visible du 1er octobre au 31 décembre 2020 à l’espace AFIAC-Poste

Émilie Franceschin

Émilie Franceschin est une artiste travaillant dans le champ de la performance. Elle vit et travaille à Toulouse.
https://emiliefranceschin.tumblr.com

Mis en avant

AFIAC/Résidences – Revenir au monde

Des artistes en résidence de création, invités à investir l’espace public de 4 communes du Tarn : Pratviel, Fiac, Damiatte et Viterbe

Commissariat : Antoine Marchand

Programme

Célia Picard et Hannes Schreckensberger en résidence de création à Pratviel du 24 août au 4 septembre 2020. Vernissage le vendredi 4 septembre 2020 à 18h30 sur la place de Pratviel

Émilie Franceschin en résidence de création à Fiac du 7 septembre au 20 septembre 2020. Vernissage le dimanche 20 septembre 2020 à 11h au café du village de Fiac, le Piaf

Océan Delbès en résidence à Damiatte du 28 septembre au 10 octobre 2020. Vernissage le samedi 10 octobre 2020 à 18h à Beauzelle

Anna Meschiari en résidence de création à Viterbe du 12 au 23 octobre 2020. Vernissage le vendredi 23 octobre 2020 à 18h30 sur la place de Viterbe

Revenir au monde

La crise sanitaire actuelle nous a malheureusement obligés à annuler l’édition 2020 du festival « Des artistes chez l’habitant », qui devait se tenir à la fin du mois de juin à Damiatte. Ce n’est que partie remise, et nous serons au rendez-vous en 2021, avec la même énergie et la même volonté de partage.

Dans l’intervalle, il nous paraissait inconcevable de nous mettre en stand-by, et d’attendre la fin – hypothétique – de ces mesures de distanciation sociale pour reprendre une activité « normale ».

Nous avons donc discuté, réfléchi tous ensemble, et vous proposons de «Revenir au monde » avec nous. Revenir au monde, c’est voir au-delà de la crise actuelle, c’est repenser les rapports humains, c’est recréer du lien social, même distancié.

Il s’agit d’un exercice inédit pour L’AFIAC, qui a justement fait de ces rapports humains, de ces échanges inter-personnels – avec les familles, les artistes, les visiteurs – le socle de son identité. Mais c’est un exercice très stimulant, qui nous enthousiasme et que nous serons heureux d’expérimenter avec vous !

Puisqu’il nous est impossible de travailler comme nous en avions l’habitude, en relation étroite avec les familles, nous avons fait le choix d’autres lieux de rencontre, d’échange, où circule la parole. Il nous a ainsi paru logique et cohérent de chercher à investir une place de village, un café, ces agoras contemporaines où l’on se retrouve quotidiennement.

Ce titre est donc pour nous un leitmotiv, une manière de relancer notre activité, de continuer à soutenir la création contemporaine et de la diffuser sur le territoire. Mais c’est aussi, et surtout, une direction donnée aux artistes, afin qu’ils s’emparent de ces problématiques, témoignent des bouleversements récents de nos sociétés et nous aident à envisager le futur. Il ne s’agit pas de reprendre le cours habituel de nos vies, comme si de rien n’était, mais bien de proposer des alternatives, de nouvelles manières d’être au monde, en écho notamment aux écrits récents de Bruno Latour ou Naomi Klein. À ce titre, le regard et le point de vue – sensible, singulier, souvent en décalage avec le discours dominant – des artistes sont indispensables.

Cela pourra s’incarner de bien des façons, et cet événement est notre modeste contribution à penser le monde d’après, afin d’éviter de commettre les mêmes erreurs, que ce soit à l’échelle locale – dans la relation à l’autre, aux autres – ou dans une perspective plus globale – la crise actuelle ne doit pas nous faire oublier l’immense défi écologique et environnemental qui nous attend.

Nous espérons que la situation évoluera favorablement dans les prochaines semaines et que nous pourrons vous retrouver nombreux pour un finissage courant novembre. D’ici là, prenez soin de vous, et surtout, n’oubliez pas de revenir au monde !

~ Antoine Marchand, mai 2020

Mis en avant

AFIAC / Cinéma – Christo / Walking on water

Projection du film documentaire de Andrey Paounov
États-Unis, Italie, Bulgarie | 2018 | 100 minutes

jeudi 27 août 2020 à 21h00 >> FIAC(81) – Place du Four
en plein air >> entrée libre et gratuite

Aux côtés de l’artiste de renommée internationale Christo, une plongée inédite dans le processus de création d’une œuvre de grande envergure qui attira plus de 1,2 million de visiteurs.
Imaginé en 1970 par Christo et sa femme Jeanne-Claude, The Floating Piers sera installé en 2016 sur le lac d’Iséo en Italie, 7 ans après la mort de cette dernière. Trouver le lieu adéquat ne fut que la première étape d’un processus créatif tumultueux fait d’âpres négociations et de solutions pleines d’imagination.

Source : film-documentaire.fr

image © Andrey Paounov

Mis en avant

AFIAC/Communiqué – 17 mai 2020

Fiac, le 17 mai 2020

La crise que nous traversons a bousculé la programmation de l’AFIAC, et nous a contraint à reporter plusieurs de nos projets.

La résidence de Tarik Essalhi à l’ITEP Le Naridel de Lavaur, qui s’est interrompue quelques jours après des débuts enthousiasmants, sera reportée au quatrième trimestre 2020, ainsi que le premier café-performance de la saison, qui devait accueillir Émilie Franceschin début avril.

La résidence de Floryan Varennes à la maison des métiers du cuir de Graulhet est différée début 2021, et conclura un triptyque initié par Straight Battlefield en 2018 et suivi par Amor Armada en 2019.

Enfin, le festival « Des artistes chez l’habitant » à Damiatte, initialement prévu en juin 2020, n’aura lieu qu’en juin 2021. Nous avons reçu un accueil chaleureux à Damiatte, tant de la part des familles que de la municipalité, et nous sommes impatients de nous y installer … l’année prochaine.

Dans cette période incertaine, l’AFIAC reste plus mobilisée que jamais, et avec le soutien des artistes, des bénévoles, de notre public et de nos partenaires, nous présenterons prochainement une programmation originale pour les derniers mois de l’année qui, tout en respectant les contraintes imposées par la situation actuelle, ne sacrifiera rien à notre projet ni à nos ambitions.

Plus d’informations très prochainement …

L’AFIAC

Mis en avant

Café/conférence : Mémorial et création

Dans le cadre du cycle de conférences « L’art dans la rue », de Stefania Meazza

Mémorial et création contemporaine : l’art comme véhicule de la mémoire

Suite à la crise des idéologies et à l’écart qui se creuse entre société civile et institutions politiques, typique de l’époque postmoderniste, le monument comme outil de commémoration du pouvoir et de l’histoire laisse la place à un ensemble de dispositifs de formes différentes qui remplissent la fonction de générer une nouvelle communauté et favoriser les relations entre individus et groupes sociaux.

Artistes évoqués : Rachel Whiteread, Ernest Pignon Ernest, Jochen Gerz

Stefania Meazza

Stefania Meazza est historienne de l’art. Après une formation en histoire de l’art et métiers de l’exposition et plusieurs expériences professionnelles en France et Allemagne, elle travaille aujourd’hui au sein du BBB centre d’art de Toulouse, en tant que chargée des formations, notamment à destination des artistes plasticiens, et enseigne à l’Institut supérieur d’art de Toulouse.

Pratique

  • jeudi 5 mars 2020 à 20h
  • café de Fiac (81)
  • durée 1h
  • un repas est organisé à 21h30, participation solidaire de 10€ / Inscription indispensable à l’adresse : inscription@afiac.org
Mis en avant

AFIAC Expo | je vou a le si êl rose

« Je vou a le si êl rose », une exposition proposée par Marion Mounic, artiste accueillie en résidence de création à l’école du Figuier, Fiac (81).

Vernissage le jeudi 6 février 2020, à 18h00 à l’école du Figuier

Exposition visible du 7 février au 20 avril 2020 à l’espace AFIAC-Poste

Marion Mounic vit et travaille à Sète. Elle est lauréate 2019 du Prix Mezzanine Sud – Prix des Amis des Abattoirs, Toulouse.
https://marionmounic.com/

Mis en avant

L’AFIAC à Damiatte | réunion d’information

En 2020, l’AFIAC s’installera à Damiatte !

Le prochain festival « Des artistes chez l’habitant » s’y déroulera du vendredi 26 au dimanche 28 juin 2020, sur le thème « Color Block ».

Pour préparer cette nouvelle édition, nous sommes en recherche des familles (ou personnes seules) qui accueilleront les artistes, et nous organisons une réunion d’information le jeudi 23 janvier, à 19 heures, autour d’un buffet.

Lors de cette soirée nous présenterons l’association et le festival en détail, et des familles ayant déjà reçu des artistes partageront avec nous cette expérience exceptionnelle.

Pratique

jeudi 23 janvier 2020 à 19h

DAMIATTE (81) – Salle des fêtes
plan d’accès

En partenariat avec le Mairie de Damiatte

Mis en avant

AFIAC/Café | Découvertes sonores

DAMIATTE (81) – Salle des fêtes
le jeudi 12 décembre 2019 à 21h

Soirée de découvertes de la création sonore et radiophonique contemporaine

Festival « Rien à voir ! » (c) Bricoles

Une plongée dans la création sonore. Cet art doté d’une puissance évocatrice ouvre à un vaste imaginaire tout en posant un regard singulier sur le monde, dans une multiplicité de formes et d’écritures.

Venez les yeux fermés !

Au programme (1 heure de diffusion) :

  • « Amazônia », de Félix Blume
  • « Bush Songs », de Benoît Bories
  • « Le chasseur de silence », d’Aurélien Frances

Soirée animée par l’association Bricoles – fabrication sonore
http://www.bricoles.org/
https://www.facebook.com/association.bricoles

Pratique

le jeudi 12 décembre 2019 à 21h

DAMIATTE (81) – Salle des fêtes
plan d’accès

Mis en avant

Résidence | Faire suffire

Faire Suffire, une exposition proposée par Célie Falières, artiste accueillie en résidence de création à l’école primaire Odette et Gaston Vedel, Saint-Paul-Cap-de-Joux (81).

Vernissage le lundi 9 décembre 2019, à 18h30

Exposition du 9 décembre 2019 au 31 janvier 2020

Faire Suffire (c) Célie Falières

Célie Falières

Célie Falières (1987) vit et travaille en Aveyron.

En 2012, elle obtient un DNSEP à la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg. Depuis, elle développe un travail de sculpture et d’installation où se mêle le pérenne et le périssable. Les objets qu’elle fabrique constituent un vocabulaire de formes, toujours articulé autour d’un contexte, d’un lieu et de ses ressources propres. Il s’agit de palier à l’insuffisance des mots en fabriquant des objets ; d’inventorier les volumes et les divers états de matière pour appréhender le réel à l’échelle du corps. Utilisant le répertoire des sciences naturelles, humaines ou du folklore, elle mâche, brûle, modèle, taille, cuit, fond, pique, digère et ce faisant cherche des points d’équilibre.

A noter

En parallèle, l’exposition Rock Solid de Célie Falières à Fiac est ouverte jusqu’au 31 janvier 2020.
Plus d’informations

Pratique

Ecole Odette et Gaston Vedel / 11 rue Victor Hugo / 81220 Saint-Paul Cap de Joux
Plan d’accès

Mis en avant

Exposition | Rock Solid

21 novembre 2019 >> 31 janvier 2020 à FIAC

Salle d’exposition de L’AFIAC (bureau de Poste de Fiac) / Vernissage le jeudi 21 novembre à 18h00

Exposition de Célie Falières

Célie Falières (1987) vit et travaille en Aveyron.

En 2012, elle obtient un DNSEP à la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg. Depuis, elle développe un travail de sculpture et d’installation où se mêle le pérenne et le périssable. Les objets qu’elle fabrique constituent un vocabulaire de formes, toujours articulé autour d’un contexte, d’un lieu et de ses ressources propres. Il s’agit de palier à l’insuffisance des mots en fabriquant des objets ; d’inventorier les volumes et les divers états de matière pour appréhender le réel à l’échelle du corps. Utilisant le répertoire des sciences naturelles, humaines ou du folklore, elle mâche, brûle, modèle, taille, cuit, fond, pique, digère et ce faisant cherche des points d’équilibre.

Célie Falières était présente pour la vingtième édition du festival « Des artistes chez l’habitant »

Mis en avant

Retour en images | Histoire(s)

La vingtième édition du festival « Des artistes chez l’habitant » s’est déroulé du 13 au 15 septembre 2019.

Retour en quelques images sur cette année exceptionnelle.

Images (c) AFIAC Lise Bardou Véronique Carré Laurence Danjou Jules Talens

Mis en avant

Des artistes chez l’habitant 2019 – Histoire(s)

Le festival « des artistes chez l’habitant » revient les 13, 14 et 15 septembre 2019 à FIAC, pour sa 20ème édition.

Thème : Histoire(s)
Commissariat général : Antoine Marchand
Commissaires invités : Emmanuelle Hamon et Paul de Sorbier

Les artistes invités

Le programme

Vendredi 13 septembre

  • 18h > Vernissage, rue de la Piscine. Conception du buffet par Florent Poussineau.
  • 20h30 > Ouverture de l’exposition. Visite nocturne.

Samedi 14 septembre

  • 10h-19h > Ouverture de l’exposition
  • 20h > Repas non thématique, place du Four. Réservation indispensable, cliquer ici pour réserver.
  • 22h > Performance sonore et visuelle, art inopiné, Siegfried Wappler et Anne-Marie Jeannou “Effervescence”. Set Siegfried Wappler Happy Music. Accès libre et gratuit

Dimanche 15 septembre

  • 10h-19h > Ouverture de l’exposition

La thématique : Histoire (s)

Cette vingtième édition du festival « Des artistes chez l’habitant » est l’occasion de se pencher sur cette aventure improbable, qui perdure pourtant encore aujourd’hui. L’occasion de regarder le chemin parcouru, de s’interroger sur cette histoire en marche, mais aussi, et surtout, d’en imaginer le futur.
C’est sous ce terme d’« histoire », au sens large, que se placera donc cette session, permettant d’aborder tant les moments uniques permis et offerts par ce festival, que la vision toujours acérée des créateurs sur les bouleversements de nos sociétés contemporaines, en perpétuelle évolution. Entremêler les « petites » histoires et la « grande » Histoire. Privilégier la rencontre, l’échange, l’interaction, tout en portant un regard particulier sur l’évolution du monde, comme seuls peuvent et savent le faire les artistes. Sans nécessairement parler d’« archéologie contemporaine » ou d’« anthropologie du quotidien », nombre d’artistes travaillent en effet à relire l’histoire, à en proposer une approche décalée, qui s’échappe du discours dominant, ou permette de faire ressurgir de nouveaux éléments. Ont émergé ces dernières années de nombreuses pratiques cherchant à se faire les relais d’une Histoire « officieuse », qui se serait construite en marge du récit officiel, offrant ainsi un nouveau point de vue sur des événements passés sous silence ou désormais oubliés. Tous ces artistes chercheurs, à la frontière entre historiographie, archéologie, sociologie et/ou anthropologie, s’emparent de ces mouvements ésotériques ou politiques restés dans l’ombre des idéologies dominantes, portent une attention particulière à ces moments qui ont échappé à l’Histoire pour tenter de la réécrire, d’en offrir une version alternative et modifier notre regard. Cela passe par le Storytelling, l’exhumation d’informations et de documents négligés ou mal interprétés, une réflexion sur la mémoire – fictive, refoulée, fantasmée –, mais également par la résurgence de rites oubliés ou bien encore la convocation de formes de culture vernaculaire et traditions folkloriques, païennes ou paganistes, afin d’élaborer de véritables mythologies. Espérons qu’après avoir découvert les propositions des dix artistes invités, vous ayez vous aussi de nombreuses souvenirs à transmettre, qui continueront d’écrire l’histoire unique de ce festival.
~ Antoine Marchand

Catalogue

Mis en avant

Exposition | Préambule

Préambule

18 juillet 2019 >> 6 septembre 2019 à FIAC

Salle d’exposition de L’AFIAC (bureau de Poste de Fiac) / Du mardi au samedi de 8h30 à 12h00 et le jeudi de 17h à 19h / Vernissage le jeudi 18 juillet à 18h30

Cette exposition, intitulée « Préambule », s’entend comme une introduction à la prochaine édition du festival « des artistes chez l’habitant », qui se tiendra du 13 au 15 septembre prochain. Elle réunit des œuvres majoritairement issues de l’artothèque du collège Jean Jaurès, qui toutes ont trait à cette notion d’« histoire », thématique centrale du prochain festival.
Qu’ils procèdent par strates, par fragments, collages ou accumulation, l’ensemble des artistes réunis ici cherchent ainsi à témoigner de moments singuliers, à rendre compte d’un événement particulier ou à élaborer une amorce de narration, permettant d’imaginer un hors-champ potentiel d’où émergerait un supplément de sens.
Entre mythologie personnelle, relecture de faits historiques ou récit d’anticipation, les différentes œuvres rassemblées dans cette exposition stimulent notre imaginaire et interrogent ce qui nous est a priori donné à voir.
~ Antoine Marchand

Artistes présentés : Martine Aballéa, Benoît Bonnemaison Fitte, Bruce Clarke, Wang Guangyi, Alain Jacquet, Cameron Jamie, Jiri Kolar, Yan Pei Ming, Jacques Monory, Jacques Villeglé

Crédit image : Cameron Jamie, La Peur du lieu inconnu (fragment), 2001, sérigraphie sur papier 80 × 60 cm


Revenir au monde : Anna Meschiari

Artiste invité à Damiatte dans le cadre du programme de résidences « Revenir au monde« 

Anna Meschiari en résidence de création à Viterbe du 12 au 23 octobre 2020.

Vernissage le vendredi 23 octobre 2020 à 18h30 sur la place de Viterbe

Anna Meschiari

Le travail d’Anna Meschiari interroge la notion de l’image, dans un aller-retour entre différents médiums (gravure, installation, volume, édition),
au croisement desquels se trouve la photographie, en tant qu’image collectionnée, reproduite, documentaire, créée.

La fiction, en équilibre instable avec la réalité, le rêve, avec son pouvoir troublant et poétique, l’ailleurs, s’ouvrant à l’altérité et à l’inconnu, sont autant de notions qui jouent un rôle central dans l’univers de l’artiste, nourri de références à l’astronomie, à la culture populaire, à l’histoire, à la culture contemporaine.

~ Stefania Meazza

Anna Meschiari vit et travaille à Saint-Pierre-de-Trivisy

https://www.annameschiari.com/

Crafted Augmented Reality – 2018 (c) Anna Meschiari

Article de la Dépêche du Midi, du 22 octobre 2020

Viterbe : un Orcus géant sur la place (c) La Dépêche du Midi

Revenir au monde : Océan Delbès

Artiste invité à Damiatte dans le cadre du programme de résidences « Revenir au monde« 

Océan Delbès en résidence à Damiatte du 28 septembre au 10 octobre 2020.

Vernissage le samedi 10 octobre 2020 à 18h à Beauzelle

Océan Delbès

Océan Delbès s’attache à explorer les enjeux plastiques offerts par la surproduction.

De ce travail, est né un projet « d’autonomie en sculpture » où il questionne notre dépendance aux produits. Il développe un projet artistique sous le prisme de cette utopie et remet à jour des outils, des gestes et des techniques oubliés.

Son utilisation des matériaux tant comme des supports bruts à sculpter qu’une histoire de la matière à raconter prennent entièrement leur place dans le travail.

La maîtrise de la chaîne de production, de l’extraction jusqu’à la mise en forme, témoigne d’une volonté de l’artiste de reprendre le contrôle sur des actions artistiques souvent déléguées.

Océan Delbès vit et travaille à Lavaur.

https://www.oceandelbes.com

Eau froide – 2016 (c) Océan Delbès

Article de la Dépêche du Midi, du 8 octobre 2020

« Des courts de tennis comme galerie d’art » (c) Dépêche du Midi

Océan Delbès – Revenir au monde

Revenir au monde : Émilie Franceschin

Artistes invitée à Fiac dans le cadre du programme de résidences « Revenir au monde« 

Émilie Franceschin en résidence de création à Fiac du 7 septembre au 20 septembre 2020.

Vernissage le dimanche 20 septembre 2020 à 11h au café du village de Fiac, le PIAF

Émilie Franceschin

Émilie Franceschin est une artiste travaillant dans le champ de la performance.

Sa pratique se veut à chaque fois unique et conçue pour les espaces dans lesquels elle intervient. Elle a construit également tout un travail dessiné et plastique autour des traces, des objets, demeurant visibles et conservés après ses performances. Son travail de performance inquiète l’action de la performance, l’action de performer.

Ses performances mettent souvent en œuvre les gestes qui visent à renverser, dégrader, abaisser par le ridicule, le sale ou le piétinement ce qui peut être attrayant ou admiré.

Il se joue à chaque moment son contraire, à toute détermination sa négation.
Ses dessins, ses installations, créent eux aussi un déplacement de perspective ou encore une indifférenciation entre le haut et le bas, le glorieux et l’infâme, l’attirance et la répulsion, la contrainte et le désir. Face à cette condition sine qua non de l’éphémère dans son travail plastique, elle met en œuvre des protocoles d’archivages de ses performances.

Ils existent sous la forme textuelle ou photographique, tentant de répondre à ce questionnement sur la trace dans la performance : Que reste-t-il après ?

Émilie Franceschin vit et travaille à Toulouse.

https://emiliefranceschin.tumblr.com

Émilie Franceschin – Revenir au monde

Revenir au monde : Célia Picard et Hannes Schreckensberger

Artistes invités à Pratviel dans le cadre du programme de résidences « Revenir au monde« 

Célia Picard et Hannes Schreckensberger en résidence de création à Pratviel du 24 août au 4 septembre 2020.

Vernissage le vendredi 4 septembre 2020 à 18h30 sur la place de Pratviel

Célia Picard et Hannes Schreckensberger

Célia Picard et Hannes Schreckensberger conçoivent des scénarii et des stratégies qui croisent les arts plastiques, les arts appliqués et leurs histoires respectives. Leur travail de recherche-création comprend des aspects autant conceptuels que pragmatiques ; il peut se développer à l’échelle d’un objet autant que d’un espace, d’une performance ou d’une édition.

Les pièces qu’ils créent sont des médiums leur permettant de nourrir une réflexion sur les usages, les mythologies collectives et les conditions de production. Elles tissent des références venues de champs, d’époques et de cultures volontairement diverses pour façonner des narrations alternatives.
Elles donnent à voir des expérimentations sur les méthodes de fabrication et sont des tentatives pour définir de nouveaux équilibres entre intelligence de la main et précision numérique.

Leur travail fait régulièrement l’objet d’expositions collectives ou personnelles en France et à l’étranger.

Célia Picard et Hannes Schreckensberger vivent et travaillent à Montpellier.

https://www.celiahannes.net/

Célia Picard et Hannes Schreckensberger – Revenir au monde

Forces, 2020

Nous avons été invités par l’AFIAC à travailler à Pratviel (81500) du 24 août au 4 septembre 2020.
Cet environnement agricole nous a donné envie de travailler à partir de la laine de brebis. Nous voulions nous essayer au feutrage de la laine, qui est une des techniques les plus anciennes et les plus universelles de fabrication textile. Nous avions en tête des images trouvées sur internet de nomades mongols qui, pour fabriquer les parois de leur habitants, feutrent la laine en l’enroulant sur un tronc tiré, ensuite, par leurs chevaux.
Pourquoi, comme un trait d’union, ne pas tenter, avec l’aide des habitants de Pratviel, d’acclimater cette façon de faire?
Dans la tradition des objets vernaculaires, les tentures réalisées sont ornées de symboles renvoyant au succès des cultures. Nous avons choisi des processus mis en lumière par les recherches actuelles sur la fertilité des sols. Le brassage des couches de sol, la bioturbation, dont les vers de terre sont les acteurs principaux.
Les bactéries rhizobium qui développent une symbiose avec les légumineuses pour fixer l’azote dans le sol. Les mycorhizes, autre association symbiote entre champignons et racines, qui permet de mettre à disposition le phosphore.
Tentures (présentées en alternance) : Bioturbation,150 x 200 cm, laine de brebis ; Rhizobiums, 150 x 200 cm, laine de brebis ; Mycorhizes, 150 x 200 cm, laine de brebis

Célia Picard, Hannes Schreckensberger